Je préfère vous mettre un lien du résumé du tome 1, si jamais vous n’avez pas encore lu la saga, pour ne pas vous spoiler. Mais si vous lisez cette chronique sans avoir lu les deux premiers tomes vous allez forcément être quelque peu informé sur la fin du tome 2. Si vous n’avez seulement pas lu le tome 3, vous pouvez lire ma chronique en toute sérénité, je ne dévoile rien sur ce dernier !

     Tout d’abord, je vais vous raconter en quelques mots mon expérience avec cette saga. J’ai vraiment eu du mal avec le premier tome sauf que j’étais fan de la plume et de la création de l’univers de Christelle Dabos donc j’ai continué. Puis, j’ai adoré le deuxième tome grâce auquel j’ai compris le premier. J’avais tellement hâte d’avoir le tome 3 entre les mains ! J’ai profité de ma semaine de vacances en Sardaigne pour enfiiiin l’ouvrir !

  • Le début

     Il est vrai que l’histoire commence à se mouvementer aux alentours du quart du livre (+/- 150 pages), mais c’est du Christelle Dabos les gars ! Il faut lire tranquillement, lorsqu’on a le temps de se poser, je l’ai compris et cela ne me dérange pas, les mots me transportent. Cependant, j’ai tout de même trouvé Ophélie un peu longue pour retrouver Thorn (d’un point de vue « temps réel », pas par rapport au déroulement de l’histoire dans le livre), je n’ai pas compris pourquoi elle s’est laissé aller, jusqu’à se morfondre pour lui pendant 2 ans. La mise en place vers Babel est fluide, la découverte de ce lieu également. L’autrice prend le temps de ne rien laisser passer, j’aime beaucoup ! On en apprend de plus en plus sur cet univers remarquable, que demander de plus ?

  • L’après « mise en place »

     J’ai apprécié le fait qu’Ophélie commence à prendre confiance en elle, à se bouger, et à ne pas obéir à tout ce qu’on lui impose. Mais ce n’est pas toujours cela, j’en attends plus d’elle !

     Concernant l’histoire en elle-même, elle est folle. L’autrice a encore une fois tout ficelé à la perfection, je suis tombée dans tous les pièges, je n’ai rien vu venir. L’intrigue est juste parfaite. Ce tome, comme les précédents, est riche en informations, en descriptions, en indices, et en recherches. On avance tout doucement vers le but à atteindre.

     Par contre, je n’ai pas été addicte à ce tome comme je l’ai été pour le précédent. Pour certains chapitres je me sentais obligée de les enchaîner, mais pour beaucoup d’autres non, je pouvais poser mon livre sans forcément être obsédée par le fait de le reprendre pour l’ouvrir.

  • La fin

     J’ai été surprise lors de la découverte de l’identité E.D. ; j’ai adoré la dernière page, elle est magnifique ! Mais je n’attends pas forcément le quatrième tome, comme j’ai pu attendre celui-ci. Je ne reste pas sur l’angoisse et l’hystérie de ne pas connaitre immédiatement la suite.

  • L’ensemble de ma lecture

     Je suis toujours autant admirative de l’écriture et de l’imagination de la talentueuse Christelle Dabos, il n’existe même pas de mot pour décrire ce qu’elle transmet. L’univers est complet, unique, mobile, illusoire. J’aime en apprendre sur l’histoire des arches, sur les différents dons qui existent, sur les personnages présents depuis le début et sur ceux qui apparaissent dans ce troisième livre.

     Ce qui m’intrigue dans cette saga, est mon manque d’attachement pour les personnages. Je pensais qu’en lisant le troisième tome il y aurait un changement, mais non. Ni Ophélie, ni Thorn, ni un personnage secondaire m’attire plus que cela. Et je ne peux pas l’expliquer. Étonnement, ce n’est pas négatif ce que je dis, puisque j’adore cette saga. Je dois juste être bizarre finalement haha. Je sais que je relirai ces tomes à partir de cet hiver, peut-être que mon non-attachement se transformera.

Et vous, que pensez-vous de cette saga ? Que pensez-vous de ce tome 3 ?

Merci pour votre visite !

Publicités