Pauline nous présente de nouveau sa chronique cinéma ! Si vous aussi, vous désirez écrire votre propre chronique sur le sujet de votre choix, envoyez-la moi à l’adresse : estelledewasch@gmail.com et je me ferais un plaisir de la partager sur ce blog !

                Ce mois-ci j’ai pu découvrir 4 films, tous autant extraordinaires les uns que les autres. J’ai rencontré un couple de meilleures amies prêtes à tout pour devenir riches dans Divines ; j’ai souffert avec un Wolverine plus affaibli que jamais dans Logan ; j’ai stressé à travers Kévin et ses 23 personnalités dans Split ; ou encore j’ai visité l’hôpital plus qu’étrange de A cure for life.

     Je vais vous présenter mon panel du mois, mes remarques, mes favoris … !

  • A cure for life de Gore Verbinski


     Je dois avouer qu’au départ ce film ne me tentait pas vraiment. Je trouvais que l’affiche ne racontait pas grand-chose, et que la bande-annonce était un peu plate. Finalement, je ne regrette pas d’être allée voir ce film.

     D’abord les acteurs sont GENIAUX ! Dane DeHaan joue à merveille le rôle du sauveur qui se perd lui-même, entre sa vérité et celle qu’on lui impose. Le scénario est plutôt original, on aborde la question de la vie et de la jeunesse éternelle peu importe les sacrifices … Bon des fois c’est à la limite du malsain, surtout quand le père veut procréer avec sa fille, mais passons ce moment gênant ! Les décors, les paysages sont sublimes, mais le plus intéressant dans ce film est pour moi le jeu des couleurs qui s’opère tout au long du visionnage. On a des contrastes très forts entre les couleurs claires et sombres, mais aussi un jeu de lumière et de couleur intense autour de la couleur bleu qui est centrale au film puisque l’intrigue tourne toujours autour de la question de l’eau. Les murs, les yeux, les décors, nous ramènent toujours à une couleur plutôt proche du vert d’eau qui nous laisse songeur quant à l’élément phare du film.

     Pour moi c’est donc une révélation pour un film que je ne pensais pas intéressant. Comme quoi il ne faut pas toujours s’attacher à nos genres de prédilections.

  • Split de M. Night Shyamalan


     Contrairement à A cure for life, dès que j’ai vu la bande annonce de Split, j’ai su que je devais ABSOLUMENT voir ce film. Déjà James McAvoy est un acteur que j’apprécie énormément, mais en plus son rôle dans ce film est une performance sublime. On pourrait penser que le scénario n’est pas plus recherché que ça : 3 jeunes filles qui se font enlever par un psychopathe. Mais en creusant on découvre que ce film questionne en réalité la question de la physiologie humaine, de l’estime de soi après des épreuves marquantes, et la création mentale de personnalités qui nous sauvent des réalités parfois trop complexes ou trop dures à supporter.

     Ce qui m’a perturbé ce sont les scènes où Kévin, le personnage principal, change de personnalité. Je m’explique, parfois j’ai trouvé que certaines scènes étaient perturbante, alors qu’on devrait se sentir mal à l’aise, j’avais une folle envie de rire. J’ai juste adoré la scène où Edwigue se met à danser dans sa chambre sur Kanye West. Alors oui on pourrait s’angoisser de voir un homme se conduire en enfant de 9 ans, mais ce moment du film est en total décalage avec le reste, même s’il est toujours rattaché à l’intrigue puisque c’est ici que la jeune fille voit son évasion compromise.

     Ce que j’ai apprécié et remarqué dans ce film c’est l’effet toujours plus intense de longueur. De longs couloirs, de longs tuyaux … J’ai trouvé que cet effet était vraiment fait pour nous compresser en quelques sortes, car tout comme les personnages on ne voit pas le bout de ce calvaire.

     Si vous avez envie de voir un film sympa, pas trop trop angoissant mais prenant, je vous le conseille. En plus vous aurez l’occasion de découvrir une jeune actrice en devenir, qui je suis sûre se lance dans une longue carrière : Anya Taylor-Joy.

  • Logan de James Mangold

     Ensuite, je me suis laissée attendrir par le côté nostalgique, souvenir d’enfance, envie de retrouver cet atmosphère que l’on retrouve dans X-men. J’étais loin de m’imaginer ce qui m’attendait, surtout en ayant raté les deux derniers films X-men !

     Bref, je pense donc retrouver un Wolverine, un Charles et toute la troupe dans une forme d’enfer, et me voilà finalement dans un film où les mutants n’existent plus, où Logan est chauffeur et Charles drogué au cachet, quasiment sénile … Je me retrouve un peu au pied du mur en me disant que je vais détester le film, et encore une fois, pas du tout. Je suis passée par toutes les émotions, de la joie, de la colère, de la tristesse … Tout y passe dans ce film.

     Logan se trouve empêtré dans une histoire d’expériences scientifiques qui ont mal tourné. On découvre que des enfants ont été créés avec tous les critères nécessaires pour avoir de vraies machines de guerres, dépourvues de sentiments…parmi elles on apprend que Logan a donc une fille, qui fut créé de toutes pièces sur la base génétique de son père. S’en suit alors une chasse à l’homme pour détruire tous ces enfants qui ne répondent pas aux critères attendus …

     On se demande comment Logan va pouvoir combattre ces hommes alors que lui-même n’a quasiment plus de « pouvoirs ». On le voit souffrant, ne pouvant plus guérir, ne possédant plus la vitesse et l’agilité des premiers X-men.

     Ce qui m’a plus c’est de voir les mutants évoluer avec nous. Alors qu’ils sont décrits comme immortels on découvre que ce n’est pas exactement vrai. La petite larme a coulé durant le film, je ne m’attendais pas à voir les personnages dans un tel état de souffrance, de détresse, et de désespoir. Finalement c’est un combat sanglant qui s’engage, un combat qui laisse des pertes impensables aux spectateurs qui connaissant l’histoire des mutants. Si je ne m’abuse je pense même pouvoir dire qu’une suite est envisageable … !!

  • Divines de Houda Benyamina

     Et puis, j’ai voulu comprendre pourquoi tant d’engouement autour de Divines, récompensé à plusieurs reprises aux Césars. Je connaissais plus ou moins l’histoire, mais je ne m’attendais pas à de tels retournements de situations.

     On commence le film avec une mise en atmosphère dans la banlieue, de jeunes filles qui n’aiment pas l’école, qui s’amusent partout, ne se soucient de rien, et son prêtes à tout pour faire fortune. Le début ne m’a pas transporté puisque c’était surtout la mise en place du décor. Mais ensuite, on trouve un exposé de sujets développés : la religion, l’amour, l’amitié, le business, la drogue, même la folie qui peut naître de ces trafics et de l’argent accumulé.

     Les deux jeunes filles que l’on suit Dounia et Maimouna sont loin d’être des élèves modèles et se lancent envers et contre tous dans un trafic de drogue. Elles se questionnent alors sur la religion, les actions de dieu face à leur détresse dans les ghettos délabrés. De fil en aiguille elles réussissent à se faire un nom dans le réseau de Rebecca la dealeuse de la cité. L’argent s’accumule, les trahisons, les rencontres

Au-delà du simple film de société, on a une ode à l’amitié, à l’amour et une critique sociétale face à la stigmatisation des banlieux et la non activité qui en descend, et qui vient chambouler la fin du film. Les personnages sont emprisonnés dans leurs relations qu’elles soient d’amours, de trafics, ou d’amitiés, où aucun ne peut se libérer de ces filets.

     Cette fois-ci je ne ferai pas de top, et je vous conseille de tous les voir, vous ne perdrez pas votre temps, croyez-moi !

Mes prochains visionnages :

La Belle et la Bête

Ghost in the shell

L’embarras du choix

Les figures de l’ombre

Les gardiens de la galaxie

The young lady

Et vous, qu’avez-vous vu récemment ? Un film de cette liste ? Qu’en avez-vous pensé ? 🙂

Pauline 🙂

giphy (2)

Publicités