Résumé : Hazel et Jack aiment rêver et passent leur temps à réinventer le monde. Quand la réalité les ennuie ou leur paraît trop rude, ils se réfugient dans les jeux et les histoires qu’ils inventent, bien plus belles et amusantes que le monde des adultes qu’ils trouvent si triste ! Mais un jour, Jack devient agressif sans raison apparente, puis disparaît brusquement. On explique à Hazel qu’il est parti vivre chez sa tante, mais la fillette n’y croit pas. Pour le retrouver et sauver leur amitié, elle entreprend alors un long et périlleux voyage. La voici seule dans une étrange forêt peuplée de créatures fantastiques, à la recherche du palais de glace de la Reine des neiges qui, selon elle, a enlevé Jack. 

Édition : Seuil
Pages : 296
Prix : 16

     J’ai beaucoup aimé ce livre jeunesse, réécriture de la Reine des neiges.

     L’auteure parle d’enfants qui se distinguent des autres de par leurs imaginations débordantes. La fille Hazel va l’assumer jusqu’au bout même si sa mère la force à changer, tandis que Jack aura plus de mal en grandissant, en se rapprochant de l’adolescence. Ce dernier a quelques problèmes dans sa vie, ce qui va le pousser à rejoindre la Reine des neige dans son palais où personne n’est jamais revenu. Hazel va alors partir à sa recherche, même si Jack s’est montré méchant envers elle.


L’école

     Hazel se sent différente et donc exclue des autres enfants, sans oublier que l’école ne l’aide pas en ne laissant pas l’imagination prendre le dessus, il faut se taire et apprendre par cœur. Sauf que chaque individu est différent. L’école n’est pas un milieu qui a mon sens favorise la diversité. Ce conte moderne touche à ce que peut ressentir un enfant / pré-adolescent au quotidien. Pour être apprécié, il faut être comme tout le monde. C’est bien triste. Heureusement que l’auteure montre qu’il est important de rester soi-même et de croire en ce que l’on est.


Un psychologue ?

     Je ne comprends pas pourquoi l’école cherche à amener Hazel chez un psychologue. Depuis quand être créatif et avoir la tête dans les nuages nécessite l’aide d’un psychologue ? Chaque individu est différent. Elle n’a pas de problème seulement parce qu’elle aime inventer des histoires. À un moment donné il faut arrêter de vouloir classer les individus, de les rendre tous pareils, c’est ainsi qu’un fossé entre les personnes peut se creuser et que l’exclusion peut apparaître en prime. À mon sens c’est Jack qui a besoin de s’exprimer, de parler à un spécialiste car dans sa vie familiale rien ne va, et à son âge il est quasiment impossible de porter cela seul.


La forêt

     Une aventure pleine de rebondissements, une protagoniste forte qui n’a pas froid aux yeux et qui est prête à tout pour sauver un être cher à son cœur. La forêt montre beaucoup de personnes perdues, parce que oui, quoi qu’il nous arrive nous ne sommes pas les seuls à traverser cela. La morale est que seul un être fait d’imagination peut se battre pour n’importe quelle cause, peut continuer de croire quoi qu’il arrive, et avancer sans avoir peur d’être juger, en restant soi-même. Le bonheur est alors au bout du chemin.

     C’est une jolie réécriture de la reine des neige, une belle histoire, et une belle aventure. J’ai beaucoup aimé l’engagement de l’auteure qui favorise la diversité et l’imagination. Ma note : 15/20.

L’avez-vous lu ? L’avez-vous aimé ? 



Publicités